Quel statut juridique pour devenir infopreneur? – Infoprenariat formation

Statut d'infopreneur

Quel statut juridique pour devenir infopreneur?

Ça y est alors. Vous avez décidé de commencer et de devenir infopreneur pour aider les autres à devenir réalité. Bien fait! Pour exercer légalement, la première étape consiste à créer votre entreprise pour obtenir votre numéro SIRET. Après une courte recherche sur Internet, vous vous êtes rendu compte qu'il existe différents statuts juridiques pour un entrepreneur, et vous vous demandez probablement

Après une brève recherche sur Internet, vous vous êtes rendu compte qu'il existe différents statuts juridiques pour un entrepreneur, et vous vous demandez probablement sur quoi nous nous concentrerons sur les 5 statuts juridiques les plus adaptés pour démarrer une petite entreprise. .

Payportage

Ce statut permet aux indépendants de développer leur activité avec un statut de salarié au sein d'une société de paie. Chaque employé est donc considéré comme un centre de profit, avec ses coûts de fonctionnement, mais aussi son chiffre d'affaires. Le salarié verse un pourcentage à l'entreprise en fonction de son chiffre d'affaires. En contrepartie, cette dernière doit mettre en œuvre des moyens et un accompagnement pour le développement de l'activité de ses salariés.

La micro-entreprise (également appelée auto-entreprise jusqu'au 1er janvier)

Ultra simplifié, ce statut est idéal pour les entrepreneurs qui ne dépasseront pas un plafond de chiffre d'affaires compris entre 32 900 € et 82 200 € selon leur activité. Cela leur permet d'être soumis à un impôt forfaitaire: le bénéfice imposable est soumis au barème de l'impôt sur le revenu avec les autres moyens du ménage. Les micro-entrepreneurs n'ont pas à soumettre de déclaration de revenus sur leurs revenus. Ils n'ont qu'à déclarer leurs ventes ou leurs revenus annuels dans leur déclaration de revenus. De plus, les cotisations sociales correspondent à un pourcentage du chiffre d'affaires avec le système micro-social. Donc, s'il n'y a pas de chiffre d'affaires, il n'y a pas de frais à payer.

La société individuelle ou la société individuelle à responsabilité limitée (EIRL)

C'est la structure juridique la plus simple à gérer pour un créateur d'entreprise, qui souhaite recruter l'opportunité s'il le souhaite. Le gérant et l'entreprise sont les mêmes et le bénéfice de l'activité est soumis à l'impôt sur le revenu.
La taxe est payée sur les résultats réels de l'entreprise (chiffre d'affaires moins les coûts). Les cotisations de sécurité sociale sont calculées sur la base des bénéfices réels réalisés. Les contributions provisoires sont dues la première année.

La SARL (SARL) ou la SARL pour une personne (EURL)

La différence entre ces deux statuts est due au nombre de partenaires. EURL n'en a qu'un, contre plusieurs pour SARL. Le ou les partenaires déterminent librement le montant du capital social, en fonction de la taille, de l'activité et des besoins en capital de l'entreprise. 20% des contributions en espèces doivent être versées au moment de la constitution, le solde doit être libéré dans les 5 ans.
Le ou les gestionnaires gèrent l'activité en cours. Les décisions importantes pour la LLC sont prises lors d'une assemblée générale.

La société par actions simplifiée

Il convient aux entrepreneurs à fort potentiel de développement, qui souhaitent une structure flexible en fonctionnement, mais qui peuvent attirer et rassurer les investisseurs potentiels. Avec le SAS, les partenaires disposent d'une grande liberté pour adapter les statuts à leurs limites spécifiques, notamment en ce qui concerne les processus de décision et de contrôle. 50% des contributions en espèces doivent être versées au moment de la constitution, le solde doit être libéré dans les 5 ans. Le SAS est soumis à l'impôt sur les sociétés (ou soumis à l'impôt sur le revenu pour les SAS de moins de 5 ans).

Bien sûr, en fonction du développement de son activité, il est possible de changer de statut, rien n'est immuable. Et heureux! En janvier, François Hollande a annoncé diverses mesures pour l'emploi et l'esprit d'entreprise. Il est vite devenu plus facile pour les entrepreneurs de passer de la micro-entreprise au régime "traditionnel", et vice versa. Le régime des micro-entreprises serait également conçu pour "éviter les effets des seuils et encourager le développement de ces structures". Au final, il est important de définir des objectifs pour cette activité afin de choisir le statut juridique qui vous convient. Pour ce faire, vous devez vous poser quelques questions sur vos compétences et vos envies et y répondre honnêtement. Tels que:
• Avez-vous une vision pour le développement de votre activité?
• Ou préférez-vous le tester d'abord? Sans prendre trop de risques?
• Combien de coûts voulez-vous payer?
• Voulez-vous uniquement prendre des décisions ou collaborer avec des partenaires?
• Les procédures administratives vous dissuadent-elles?
• Voulez-vous un chiffre d'affaires important très rapidement?

La première chose à faire quand veut devenir infopreneur, c’est de trouver un sujet de affaires rentable. En te trompant à ce partie, c’est tout ton affaires qui peut tomber à l’eau ! Pour moi, il sera indispensable de partir de ses savoir-faire ainsi qu’à passions pour réaliser un business. Pourquoi ? Parce que comme je le disais or départ, pour que ton commerce prenne, il voltampère falloir du temps, de l’huile de coude… Il va te falloir être patient et persévérant. Imagine que tu ailles sur quelque chose qui ne te passionne pas quoi que : tu risques de vite lâcher l’affaire et ainsi ne pas connaître le succès. Tu as un hobbies ? Tu peux la monétiser ! Qui dit passion, dit passionné et lorsque on est passionné, on ne lésine pas à l’achat pour celle-ci… Idem pour ta compétences : depuis le immédiatement où tu as un an d’expérience dans un domaine, tu en sais plus que 95% de gens sur le sujet. Imaginons que tu sois marchand : tu peux aider les commerciaux à devenir meilleurs. Tu es juriste en immobilier : tu peux perpétrer une formation sur le droit en immobilier pour des investisseurs. Tu es graphiste : tu peux aider des personnes à devenir graphistes. Tu es un séducteur né : tu peux aider les hommes à séduire femmes. Tu aimes le CrossFit : tu peux créer ton franc programme. Tu comprends qu’avec ton savoir-faire et/ou ta passions, tu as largement de quoi trouver un sujet de business. Les sujets qui donnent les excellentes résultats sur le web sont liés à l’argent, la santé et relations. Si ta passion et pourquoi pas ton savoir-faire sont dans un de ces 3 thèmes, à coup sûr tu vas être à même gagner de l’argent avec !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *